Le Piano

Le Piano

Veux-tu que je te dise que ça va,
Que tout va bien et qu’avec le temps va, tout s’en va,
Que je te souris comme d’hab, ça te rassure puis tu t’en vas,
Me laissant avec ce chaos dans ma tête qui dicte sa loi,
Une brusque tempête gronde, la confusion règne, c’est le branle-bas de combat,
Pas assez de force ni de hargne pour cette énième attaque, j’en suis las,
Mon cerveau chavire, résiste, lutte et fini par couler au plus bas,
Après tout, ou est que c’est écrit que j’ai pas le droit de lâcher prise pour une fois,
C’est vrai que ce n’est pas cela qu’on m’a appris, on m’a toujours dit bouge, bat toi,
Aujourd’hui je stoppe, je fais une pause, tu pourras en dire, ce que tu voudras,
Moque toi ou critique ma faiblesse passagère, cela ne m’atteindra pas,
J’en ai entendu, t’inquiète, je ne retiens pas, je laisse tout glisser sur moi,
Je vais m’asseoir me poser, scruter vos va et vient,
Votre course après la vie que vous n’attraperez pas,
Ensuite je me relèverais comme je l’ai toujours fais et là… advienne que pourra…